Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous.
Rechercher
Je m'abonne

Protocole AMES : gagner 10 ans de vie en bonne santé, ça dépend de vous !

Selon l'OMS, la santé est “un état de complet bien-être physique, mental et social et pas seulement une absence de maladie ou d'infirmité“.

A comme Alimentation, M comme Mode de vie, E comme État d'esprit, S comme recherche de Sens. Avec ce protocole innovant et validé par la science, le Dr Luc Bodin (1) nous propose de changer nos habitudes au quotidien pour vivre plus longtemps en pleine forme.

D'après plusieurs études, l'être humain serait programmé pour vivre 115 à 120 ans. Aujourd'hui, cette espérance de vie est de près de 80 ans pour les hommes et de plus de 85 ans pour les femmes, constate le Dr Luc Bodin (en bonne santé, elle plafonne à 64,1 pour les femmes et 62,7 pour les hommes en France, source Eurostat). Partant de cet état de fait, j'ai élaboré un protocole afin que nous puissions tous rallonger notre vie de plusieurs années. Mais les années gagnées doivent être des années de bonne santé, sinon cela n'a guère d'intérêt. Quand je parle de santé, je me réfère à la définition de l'OMS selon laquelle il s'agit "d'un état de complet bien-être physique, mental et social et pas seulement une absence de maladie ou d'infirmité". Ainsi, mon protocole englobe tous les aspects de l'être : physique bien sûr, mais aussi psychologique, émotionnel et même spirituel ». Idéalement, cette méthode devrait être mise en œuvre le plus tôt possible, la prévention restant le meilleur des traitements. Mais il n'est jamais trop tard pour le débuter, et à tout âge, il aura un effet bénéfique. Ce programme pourrait également vous permettre de prévenir bon nombre de maladies chroniques comme le diabète, les douleurs liées à l'arthrose, les maladies coronariennes, les affections psychiatriques et le développement de tumeurs malignes. Et si vous souffrez déjà de l'une ou l'autre de ces pathologies, AMES va vous aider à retrouver une meilleure qualité de vie.

A COMME ALIMENTATION

C'est là le premier pilier de la méthode, dont les effets ont été plusieurs fois validés par la science. Aujourd'hui, il existe un réel consensus médical international pour conseiller l'alimentation méditerranéenne, autrement qualifiée de modèle crétois. Ses bénéfices sont impressionnants puisqu'elle réduit le risque de maladies cardiaques, d'hypertension artérielle, de maladies métaboliques (diabète, triglycérides, cholestérol, etc.), d'allergies (notamment asthme et rhinites allergiques), de cancer, etc. L'adopter permet également de protéger le cerveau et de réguler l'humeur puisqu'elle abaisse de 40 % le risque de développer une maladie d'Alzheimer (2) et de 30 % celui de dépression (3)... Elle réduit les hypertensions artérielles et améliore le diabète de type 2. Lorsque les rations ne sont pas trop abondantes, elle permettrait même de perdre plus de 10 kilos sur le long terme (4)...

Les grandes lignes de l'alimentation méditerranéenne

Privilégiez une alimentation essentiellement végétale, avec des aliments variés, de qualité biologique si possible.

En insistant sur les points suivants :

- Beaucoup de légumes et de fruits (en particulier les fruits rouges), en variant leurs couleurs et en les consommant crus et cuits. Ils apportent les nutriments protecteurs (vitamines, minéraux, antioxydants) et les fibres qui aident à bien digérer, à évacuer le mauvais cholestérol et à entretenir notre microbiote.

- Des féculents à chaque repas mais en quantité modérée (céréales complètes ou semi-complètes, pommes de terre, pâtes, pain, etc.) et en privilégiant les légumineuses (lentilles, petits pois, pois chiches, fèves, etc.)

- Des poissons de haute mer (ils sont moins pollués) ainsi que des poissons gras (sardines, harengs, maquereaux, etc.) pour leur richesse en oméga-3 (anti-inflammatoires et fluidifiants de la membrane cellulaire).

- Des viandes blanches et des volailles, en limitant les viandes grasses, notamment la viande rouge.

- Des laitages de brebis et de chèvre, plus digestes et moins pollués par les résidus d'antibiotiques que les laits de vache.

- Des fruits oléagineux (amandes, noix, noisettes) pour profiter de leur richesse en calcium, magnésium, fibres et bonnes graisses.

- Des huiles de première pression à froid (olive, noix, colza) qui apportent des oméga-9 et oméga-3.

- Des herbes fraîches (persil, coriandre, basilic...), des condiments (ail, oignons...) et des épices (curcuma, cumin, gingembre, cannelle...) pour éviter de trop saler les plats

- Un verre de vin rouge par jour (ou du thé vert à volonté) pour l'apport en polyphénols (puissants antioxydants).

- De l'eau en grande quantité, en privilégiant les eaux de source type Rosée de la reine, Mont Roucous, Montcalm.

De cette liste sont donc exclus certains aliments particulièrement délétères tels que les aliments ultratransformés (AUT), le sucre raffiné, le sel, les acides gras trans d'origine industrielle (dans les viennoiseries, les biscuits industriels, les plats préparés), les sodas, les alcools, les édulcorants de synthèse.

M COMME MODE DE VIE

Ce deuxième pilier de la méthode AMES nous incite à adopter le mode de vie le plus sain possible. « Associé aux facteurs environnementaux, il pèse en effet pour 70 à 80 % sur les variations de la durée de vie humaine », annonce le Dr Bodin.

Bouger

L'exercice physique est aujourd'hui considéré comme un traitement non médicamenteux à part entière, sorte de « médicament vert » qui met à l'abri de nombreuses pathologies. Pour ne prendre que l'exemple des maladies cardiovasculaires, il a été prouvé que le fait de démarrer ou reprendre une activité physique une fois à la retraite réduit le risque de mortalité de 44 % et cela même chez les personnes plus âgées. Quinze minutes de marche quotidienne font déjà la différence ! Mieux encore, les exercices de renforcement musculaire (musculation en salle par exemple) réduisent ce risque de 54 % (5).

L'activité physique est également impliquée dans la production de nouveaux neurones. Ainsi, elle réduit d'un tiers le risque de troubles cognitifs à long terme, donc de démence.

L'exercice prévient aussi l'ostéoporose et entretient les articulations en cas d'arthrose. Il pallie la fonte musculaire qui s'accentue avec l'âge. Il stimule le métabolisme général et évite la prise de poids.

Les recommandations actuelles du Programme national nutrition santé (PNNS) sont de 30 à 60 minutes d'activité quotidienne (marcher pour aller faire ses courses, jardiner, faire le ménage, etc.), plus deux séances de 20 à 60 minutes d'exercice physique par semaine (vélo, course à pied, marche rapide ou nordique, natation, gymnastique, yoga).

Veiller à la qualité du sommeil

L'exercice physique est également garant d'un meilleur sommeil. Or, la qualité de nos nuits joue un rôle indéniable dans le bien vieillir. « Le sommeil est un temps de récupération et d'assimilation des informations reçues dans la journée, note le Dr Bodin. Il assure la consolidation de la mémoire et l'élimination des déchets du cerveau. Dans la journée, nous usons notre corps et notre esprit, durant la nuit, nous les régénérons ».

Les besoins de sommeil varient d'un individu à un autre, mais en moyenne, ils sont de 7 à 8 heures par nuit. Avec le développement de la lumière artificielle et du temps passé sur les écrans (TV, ordinateur, smartphone), nos nuits ont été amputées d'une heure trente en cinquante ans, ce qui est énorme. Si vous souffrez d'insomnie, évitez les somnifères car c'est la dépendance assurée. Ayez recours aux plantes anxiolytiques et sédatives telles que la passiflore, la valériane ou la mélisse. Et instaurez un rituel relaxant au moment du coucher : yoga doux, méditation, respiration de cohérence cardiaque, lecture, musique apaisante... À chacun de trouver ce qui marche le mieux pour lui.

Aimer

« Même si avec l'âge, les performances s'amenuisent, il n'en demeure pas moins qu'une vie sexuelle reste possible », poursuit le médecin. Et même conseillée car les relations amoureuses entretiennent la vigueur sexuelle, limitent l'atrophie vaginale et favorisent la sécrétion de l'ocytocine, la noradrénaline, la sérotonine ou encore la dopamine. Ces neurotransmetteurs apportent harmonie et bien-être au corps et à l'esprit, via le système hormonal. Au besoin, des plantes (ginseng, maca, tribulus) ou des oligo-éléments (magnésium, zinc, cuivre) peuvent aider à stimuler une libido un peu endormie.

E comme d'État d'esprit

La plupart des médecins font aujourd'hui la promotion de l'hygiène de vie, mais rares encore sont ceux qui s'aventurent sur le terrain de la gestion des pensées et des émotions. Pour le Dr Bodin, cet aspect doit pourtant être placé au même niveau que la nutrition ou l'exercice physique dans l'approche du bien vieillir...

Retrouvez l'article complet dansle nouveau numéro de la revue mensuelle du Club Solutions Santé Nature.

Et profitez denotre offre spéciale d'abonnement à la Revue du Club Solutions Santé Nature à 1,90 € par mois, sans engagement.

Bonus

Le protocole AMES a été élaboré par le Dr Bodin au fil de ses années de pratique de la médecine et s'appuie sur de nombreux cas pratiques. En voici trois, livrés par le médecin, qui témoignent de l'efficacité de la méthode :

- "J'ai eu la chance d'avoir dans ma patientèle une femme de 95 ans qui mangeait toujours biologique et avait une hygiène de vie impeccable, pratiquant tous les jours ses exercices de yoga. Elle faisait même le grand écart ! Toujours d'esprit très positif, elle voulait à tout prix garder son autonomie psychique et physique. Elle vivait très bien son avancée en âge et était très attentionnée pour les autres. Elle ne ruminait pas ses petits problèmes (ses petites douleurs ou autres). Ce tempérament altruiste enthousiaste par rapport à la vie lui a permis d'ajouter de nombreuses et heureuses années à sa vie."

- "J'ai souvenir d'une autre dame, qui, l'âge venant, se laissait doucement sombrer dans la vieillesse. Elle restait de longues heures sans rien faire chez elle, elle s'ennuyait et commençait à être de moins en moins mobile. Elle a retrouvé une deuxième jeunesse lorsqu'elle a eu à s'occuper de sa petite-fille dont la maman était malheureusement décédée prématurément. Elle a redonné un sens à sa vie et sa santé s'en est trouvée améliorée."

- "J'ai constaté chez certaines personnes en tout début de maladie d'Alzheimer que la mise en route d'une hygiène de vie telle que celle préconisée dans le protocole AMES avait pu retarder l'évolution de la maladie et même faire régresser les symptômes."

A lire :

"Gagnez 10 ans de vie en bonne santé avec le protocole AMES", du Dr Luc Bodin, éd. Trédaniel.

(1) Le Dr Luc Bodin est docteur en médecine, diplômé de cancérologie clinique, spécialiste en médecine naturelle et auteur de nombreux livres dont « La médecine spirituelle ».

(2) "Mediterranean diet and risk of Alzheimer's disease", Nikolasos Scarmeas, Annals of Neurology, April 2006.

(3) "Effet protecteur d'une alimentation saine contre la dépression", Agnès Lara Univadis, 5/11/2018.

(4) Sciences et Avenir, 8/1/2019.

(5) « 15 minutes de marche par jour pour les plus âgés », Agnès Lara, Univadis Résumés Cliniques, 2/3/2018.

Commenter

Sur le même sujet

    Réagissez
    Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme