Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous.
Rechercher
Je m'abonne

Ces sons, vecteurs de bien-être et de créativité

Le bol tibétain, la voix de l'apaisement....

On savait que la musique adoucissait les mœurs, on sait désormais qu'elle fait bien plus. Jadis, les rites de guérison par les sons étaient l'apanage de croyances ésotériques, d'incantations. Aujourd'hui, la science a validé ces modes de thérapies qui vous aideront, au quotidien, à acquérir sérénité, bien être, créativité, tout en remettant votre conscience sur la voie de la sagesse...

Selon certaines théories dont celle du Québécois Gabriel Lafrenière, "toute la matière serait constituée uniquement d'ondes". Voilà qui ouvre en grand les portes de la perception en nous aidant à comprendre comment la sonothérapie, cette forme de méditation sonore, permet de développer nos ondes alpha, propices à la méditation et à l'intériorisation.

Cette tradition millénaire originaire du Népal, de l'Inde et du Tibet, se pratique à l'aide de "bols chantants". Les sons qu'ils émettent, les vibrations qu'ils propagent vous font entrer calmement, doucement en harmonie avec chacune de vos cellules, donc avec votre moi profond. Porté par les ondes, vous vous sentez plus léger, moins stressé, vos énergies circulent plus librement.

À l'origine, ces bols tibétains, utilisés par les moins bouddhistes, étaient obtenus par la fusion de 7 métaux, symbolisant chacun une des planètes du système solaire : - l'or représentait, bien entendu, le soleil, - l'argent, la lune, - l'étain, Jupiter, - le plomb, Saturne, - le fer, Mars, - et le mercure... Mercure.

Les ateliers de méditation, de plus en plus en vogue, proposent des cessions de thérapie sonore de groupe. L'animateur utilise son bol métallique soit en le frappant, soit en le faisant "chanter" en en frottant le pourtour à l'aide d'un bâton recouvert d'une peau.

De plus en plus d'entreprises organisent ces "bains de gong" afin d'offrir une cure de zénitude à leurs salariés. Rien de tel pour déstresser les troupes, désamorcer les conflits, restaurer l'esprit d'équipe que d'insuffler une dose de spiritualité via de bonnes vibrations. D'autant que les ondes émises par ces bols permettraient aux participants de produire des enképhalines et des béta-endorphines, ces hormones du bien-être. Sans oublier l'ocytocine, un neuropeptide qui favoriserait l'attachement et le lien social, et que l'on surnomme " l'hormone des câlins". Tout un programme...

Comment choisir son bol tibétain

Acquérir le bol chantant qui vous ouvrira le mieux les chakras pour vous faire entrer en résonance avec l'univers, les autres et vous-même, est un acte important. Vous devez le choisir comme s'il s'agissait d'un instrument de musique, d'une guitare, par exemple.

- En premier lieu, prenez le temps d'en faire chanter plusieurs en les frappant doucement avec un petit maillet. Essayez de repérer celui avec lequel vous vous sentirez le mieux en harmonie. Celui dont la sonorité vous fera le plus "vibrer" de corps comme d'esprit. Optez pour celui qui vous fera le plus "voyager" à son écoute.

- Évidemment, plus le bol sera grand (au moins 25 cm), plus il émettra des sons graves et pénétrants à l'effet apaisant immédiat.

Ceux de diamètres moyens (entre 12 et 25 cm) auront une sonorité plus aiguë. Ils peuvent plus facilement vous apporter un sentiment d'équilibre sensoriel.

Quant aux plus petits modèles (moins de 12 cm), aux sonorités aiguës, ils offrent surtout l'avantage de pouvoir être transportés aisément. Nous vous les conseillons comme bol d'appoint plutôt que comme bol principal.

Si leur composition a beaucoup évolué au fil des siècles, aujourd'hui, la plupart des bols sont en alliage, et leur aspect (lisse, martelé, mat ou brillant) reste une question de goût.

Une entreprise française (le Centre Cristal Vibrasons) propose des bols de méditation en cristal dont "la puissance énergétique" déployée serait supérieure aux bols tibétains.

1 commentaireCommenter

Sur le même sujet

    1 commentaire(s)
    Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme
     

    Intéressant

    SCSC - Le 27/06 à 16:39Signaler un abus