Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous.
Rechercher
Je m'abonne

Coenzyme Q10, le booster naturel du duo cœur-cerveau

La coenzyme Q10 est un antioxydant cinq fois plus puissant que la vitamine E.

Chère lectrice, cher lecteur, si au détour d'une conversation enflammée à propos de la santé naturelle (sujet passionnant... et passionné !), vous lancez tout à trac le nom barbare de la coenzyme Q10, vous ferez à coup sûr votre petit effet. Et serez sans aucun doute assailli de questions...

« Qu'est-ce que c'est encore que ça ? », « D'où ça sort ? », « À quoi ça sert ? », « Où est-ce qu'elle se cache ? » « C'est nuisible ? » Et ainsi de suite.

Vous ne savez pas répondre ? ! Pas de panique, cette newsletter est justement là pour vous aider à percer les mystères de ce booster au pouvoir antioxydant.

Quèsaco la CoQ10 ?

Assez voisine de la vitamine K (liposoluble elle aussi, et qui a une action dans la coagulation ou la calcification) par sa structure chimique, la coenzyme Q10 (CoQ10) est surtout un antioxydant, ce qui veut dire qu'elle protège notre organisme des ravages causés par les radicaux libres. En d'autres termes, elle combat ce que l'on appelle le « stress oxydatif ». Et ce n'est pas n'importe quel antioxydant, puisque qu'elle est, dans ce domaine, cinq fois plus puissante que la vitamine E !

Cette coenzyme, qui agit donc comme une vitamine, a pour rôle actif de produire l'énergie dont nos cellules ont besoin. Tous les processus physiologiques qui exigent une dépense énergétique font appel à elle. C'est bien pourquoi on la retrouve partout dans notre organisme, notamment dans le cœur, les muqueuses des gencives et de l'estomac, au sein des organes jouant un rôle dans le système immunitaire, le foie, les reins et la prostate.

Et c'est parce qu'elle est partout qu'on l'appelle aussi ubiquinone (une molécule unbiquinone sert à transporter les électrons dans la chaîne respiratoire ; la Q10 en est la principale forme chez l'homme).

On la trouve partout... encore fallait-il la découvrir !

C'est en 1955 que le professeur R.A. Morton, professeur de biochimie à l'université de Liverpool, en Angleterre, découvre cette substance dans la graisse animale. C'est également lui qui la baptise « ubiquinone ». En 1957, Frederick Crane, chercheur de l'université du Wisconsin, à Madison, isole la coenzyme Q10 dans des mitochondries de cœur de bœuf. L'année suivante, le biochimiste Karl Folkers, salarié du laboratoire Merck, géant de la pharmacie, a déterminé sa formule exacte.

On découvrira ensuite que cette coenzyme, naturellement présente dans notre corps, est soluble dans les graisses et que 40 % de la quantité globale se situent dans les mitochondries, ces micro-usines de production d'énergie situées dans le noyau de nos cellules.

Au total, notre organisme stocke entre 0,5 et 1,5 g de CoQ10. Il la synthétise à partir de tyrosine, d'acétyl-coenzyme A, des vitamines du groupe B, des oligoéléments et des minéraux.

Malheureusement, lorsque notre métabolisme commence à vieillir - c'est-à-dire dès l'âge de 25 ans !-, la fabrication de la CoQ10 ralentit. Pour, finalement, vers 80 ans, se réduire à 60 % de sa quantité initiale.

Mais avant de savoir si l'on peut pallier cette carence par un apport extérieur, il nous faut répondre à une question essentielle...

À quoi sert la CoQ10 ?

Disons-le tout net : elle est une source de bienfaits considérables. Si elle n'existait pas, il faudrait l'inventer de toute urgence ! Elle tient ses nombreuses vertus de son effet antioxydant surpuissant et de sa capacité à stimuler très efficacement la production d'énergie dont notre organisme a absolument besoin.

Conséquence logique : les plus gros consommateurs de cette énergie sont également les organes qui ont le plus besoin de CoQ10, à savoir le cœur, les poumons et le foie. Et aussi, bien évidemment, les muscles.

- Dans le cœur. Parce qu'elle protège les cellules de notre corps, la CoQ10 est très bénéfique à la bonne santé de notre cœur : non seulement elle préserve nos vaisseaux sanguins, mais en outre, elle aide à combattre l'hypertension et à maintenir un taux de cholestérol normal.

Le cœur est l'organe qui réclame le plus d'oxygène et d'énergie. Il est donc logique que la CoQ10 soit primordiale pour son bon fonctionnement.

Depuis 1994, les études se succèdent auprès des insuffisants cardiaques pour tenter de cerner l'efficacité de la coenzyme dans leur organisme (1)...

Découvrez vite la suite de cette lettre d'information en vous inscrivant gratuitement à la newsletter du Club Solutions Santé Nature à droite de cette page...

Sources :

(1) Baggio et al. Italian multicenter study on the safety and efficacy of coenzyme Q10 as adjuvant therapy in heart failure. CoQ10 Drug Surveillance Investigators. Mol Aspects Med. 1994 ; 15 Suppl : s287-94.

Mortensen S. Overview on coenzyme Q10 as adjunctive therapy in chronic heart failure, rationale, design and end-point of « Q-symbio » - a multinational trial. Biofactors 2003 ; 18 : 79-89.

Lee BJ, Huang YC, Chen SJ, Lin PT. Effects of coenzyme Q10 supplementation on inflammatory markers (high-sensitivity C-reactive protein, interleukin-6, and homocysteine) in patients with coronary artery disease. Nutrition. 2012 Jul ; 28 (7-8) : 767-72.

Commenter

Sur le même sujet

    Réagissez
    Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme