Rechercher

Méthode Tipi : apprenez à réguler vos émotions négatives pour ne plus en souffrir

Clé de la méthode TIPI : une régulation émotionnelle, à la fois simple, efficace et à la portée de chacun d'entre nous.

La Technique d'identification sensorielle des peurs inconscientes a déjà fait ses preuves sur nombre de personnes en proie à des phobies ou des angoisses. Depuis quelques années, Luc Nicon, son créateur, mène des recherches prometteuses pour élargir son champ d'action.

Élaborée il y a une quinzaine d'années par Luc Nicon, Tipi a trouvé de plus en plus d'écho auprès du grand public. Au départ, cette méthode thérapeutique était destinée à soigner certaines perturbations émotionnelles comme les phobies, les angoisses, les inhibitions, les colères ou les troubles dépressifs. Ces quatre dernières années, Luc Nicon (photo ci-contre) a étendu ses recherches aux pathologies psychosomatiques récidivantes telles que les migraines, certaines formes d'allergies, mais aussi les troubles cutanés (eczéma), les maux de dos chroniques. Clé de cette méthode : une régulation émotionnelle, à la fois simple, efficace et à la portée de chacun d'entre nous.

A l'origine de la méthode, une expérience intrigante

"L'origine de Tipi s'établit à travers une découverte tout à fait fortuite que j'ai faite au début des années 2000, explique Luc Nicon. En tant que pédagogue, je travaillais avec une personne présentant des difficultés d'apprentissage. À chaque fois qu'elle se trouvait en situation d'examen, elle était paralysée par la peur et n'arrivait pas à mobiliser ses connaissances. Je cherchais à l'aider avec les outils classiques que j'avais à ma disposition, mais la personne restait toujours aussi entravée. Un jour, j'ai eu l'idée de lui dire : que ressentez-vous là, en ce moment, dans votre corps, quand se présente l'angoisse de la feuille blanche ? Elle me décrivit alors ses sensations de tensions corporelles, une impression de suffoquer, des bouffées de chaleur, le cœur qui s'emballe, la gorge qui devient sèche et se noue. Plus elle explorait de façon sensorielle son appréhension, plus elle arrivait à se relâcher pour finir par s'en libérer complètement. À ma grande surprise, cette expérience a provoqué en elle un déclic et ses difficultés ont cédé de façon instantanée. Elle s'était débarrassée de sa peur."

Intrigué par cette expérience étonnante, Luc Nicon décide alors de la reproduire avec d'autres personnes présentant toutes sortes de blocages émotionnels.

Il recueille ainsi le témoignage de près de 300 patients, souffrant de troubles divers : timidité, claustrophobie, crise d'angoisse, culpabilité, accès de violence, peur du vide, etc. "À chaque fois, j'obtenais les mêmes résultats : le fait de les inviter à revivre de façon sensorielle l'émotion perturbatrice leur permettait de ne plus en souffrir, et de s'en libérer définitivement. Le trouble était surmonté une fois pour toutes."

Plonger à la racine des troubles émotionnels

Luc Nicon poursuit alors ses recherches pour mieux comprendre les mécanismes en jeu. Il met à jour une des clés de la méthode : à l'origine de tous nos blocages émotionnels et difficultés existentielles, il existe toujours une peur inconsciente, remontant généralement à la période pré-natale ou à la naissance. Cette peur conditionne nos réflexes de défense face au danger fantasmé : fuite (incapacité à s'engager, à aller de l'avant, à prendre des initiatives), inhibition (peur de prendre la parole en public, échec en situation d'examen, phobies diverses), agressivité, irritabilité (colère, violence verbale ou physique incontrôlée), prise de pouvoir (besoin de dominer les autres).

Mais d'où vient donc cette peur ? Pour Luc Nicon, cela ne fait pas de doute : elle est enfouie dans notre mémoire inconsciente et remonte la plupart du temps à notre vécu périnatal. "En analysant les récits des 300 personnes, entretemps confirmés par des milliers d'autres cas, nous retombons toujours sur des sensations similaires qui concernent essentiellement la respiration, le cœur ou le ventre : oppressions, sentiment de manquer d'air, gorge nouée, douleur dans la poitrine, nausée... À cela s'ajoute une grande diversité de ressentis : ça serre, ça pique, ça brûle, c'est mou, c'est dur, dense, spongieux, tendu, noué, étiré, compressé, déchiré. Parfois, il y a une absence de sensation, avec l'impression d'un relâchement inhabituel, de flotter dans le vide, en apesanteur, comme si nous évoluions dans du coton, entouré d'une grande luminosité... Face à ces récits sensoriels proches, mes recherches m'ont alors orienté vers les événements vécus par le fœtus avant la naissance et au moment de l'accouchement. En me penchant sur les traités d'obstétrique et en discutant avec des gynécologues-obstétriciens, j'ai compris que la grossesse et la naissance sont loin d'être un long fleuve tranquille. Cette période périnatale est émaillée de situations anxiogènes : entravé, voir étranglé par le cordon autour du cou ou du ventre, le fœtus peut perdre connaissance ; dans certains cas, il est confronté à la mort in utero d'un jumeau non viable, ce qui s'accompagne de vécu sensoriel perturbant (sensation de fuite de sang, d'être agressé par des débris osseux ou une masse molle résiduelle...). Ce vécu prénatal s'ancre particulièrement dans la mémoire inconsciente lorsqu'il s'est accompagné d'une ou de plusieurs pertes de conscience." (...)

La régulation émotionnelle booste les thérapies

"J'ai alors mis au point une méthode de régulation émotionnelle passant par le revécu sensoriel de l'émotion perturbatrice. Elle consiste à fermer les yeux et à entrer en contact avec les sensations physiques qui se manifestent dans le corps lors d'une émotion désagréable. On se laisse porter par elles, elles vont s'amplifier dans un premier temps puis elles vont se transformer peu à peu jusqu'à l'installation spontanée et durable d'un sentiment de bien-être ».

Au début, cette régulation prenait du temps. Au fil des années, l'expérience aidant, la méthode a été simplifiée et ne prend plus que quelques minutes. Elle peut être proposée "à chaud", lorsque l'émotion se présente, ou en différé. Dans ce cas, la personne repense à une situation qui l'entrave et laisse émerger les sensations qui lui sont associées. La psychothérapeute Marcia Bénitah, formée à la méthode Tipi dès 2008 témoigne : "Avant d'appliquer Tipi, je pratiquais l'analyse transactionnelle pure. Depuis, j'associe les deux. Lorsque je réalise une régulation émotionnelle avec un de mes patients, je court-circuite le filtre du mental pour laisser la personne plonger directement dans son vécu corporel.

Dès lors, nous ne sommes plus là pour analyser, décortiquer, chercher à comprendre les raisons de cette émotion mais pour la réguler afin qu'elle soit complètement "digérée" par le corps. De ce fait, elle disparaît une bonne fois pour toutes. Débarrassée de cette entrave, la personne progresse alors beaucoup plus vite lors de sa psychothérapie car sa parole est libérée. Là où avant, une analyse pouvait durer deux à trois ans, elle est aujourd'hui de six à neuf mois en moyenne." Marcia Bénitah le reconnaît : il lui arrive de faire uniquement des régulations émotionnelles chez les patients qui ne cherchent pas forcément à comprendre le pourquoi de leurs émotions. L'efficacité reste la même. "Tipi a bouleversé ma pratique. Aujourd'hui, je peux intervenir auprès de patients présentant des pathologies psychiques graves, avec une efficacité immédiate sur leurs symptômes."

Les maladies psychosomatiques, un nouveau champ d'action

Les indications de Tipi se sont récemment élargies au vaste domaine des maladies psychosomatiques face auxquelles la médecine conventionnelle est souvent dans une impasse thérapeutique. Elle n'apporte qu'une réponse symptomatique mais pas de guérison.

"Lorsqu'une personne est en pleine forme émotionnelle, son corps se tient tranquille et ne présente pas de symptôme physique, affirme Luc Nicon. Mais tout type de stress peut agresser le corps dans ses zones fragiles. Ces fragilités sont déterminées par l'hérédité ou par des traumatismes antérieurs comme une chute ou un accident par exemple. Les manifestations varient donc d'une personne à une autre : migraines, troubles digestifs, maux de dos chroniques, allergie, eczéma."

Le corps trinque car la personne n'est pas consciente du stress émotionnel qui sous-tend son trouble. "J'ai élaboré une forme de régulation très spécifique invitant le patient à prendre conscience du stress présent au moment même où son symptôme se déclenche ou s'intensifie. Très vite, je l'aiguille afin qu'il revive de façon sensorielle ce qui a pu le perturber dans la journée", précise le thérapeute. Parfois, il peut s'agir de situations anodines du quotidien, comme une remarque mal placée d'un collègue, le fait de rater son bus, d'avoir oublié d'acheter un ingrédient pour le repas du soir. Cette contrariété déclenche un malaise corporel qui débouche à son tour sur le symptôme. Le fait de revivre ce malaise permet d'en désamorcer l'impact. Le corps retrouve alors sa capacité naturelle d'auto-guérison et le symptôme s'atténue, voire disparaît.

"Depuis que j'emploie cette forme de régulation avec mes patients, mes autres approches thérapeutiques - acupuncture, homéopathie, micronutrition - sont devenues beaucoup plus efficaces, commente le Dr Marik Cassard. En une séance, les malades basculent dans un état de bien-être qu'ils n'avaient pas connu depuis longtemps. Cela marche particulièrement bien chez ceux qui acceptent d'être actifs dans leur processus de guérison. Dans ce cas, les résultats sont spectaculaires et rapides", conclut-elle.

A lire : "Revivre sensoriellement", de Luc Nicon, éd. Émotion forte.

Bonus

Apprendre à s'auto-réguler

Au fil des ans, la méthode a pris son envol et le nombre de thérapeutes formés ne cesse d'augmenter. Psychothérapeutes, ostéopathes, médecins généralistes et psychiatres s'y intéressent de plus en plus. Trois mille thérapeutes sont aujourd'hui formés et une moyenne de 10 000 régulations émotionnelles sont pratiquées tous les mois, partout dans le monde. Luc Nicon précise : « Au cours de mes recherches, je me suis vite aperçu que la régulation émotionnelle est une capacité naturelle de l'être humain. Tout le monde peut y accéder facilement et cela améliore nettement la vie quotidienne. J'ai donc décidé de lancer des sessions de formation gratuites pour que tout un chacun puisse apprendre à s'auto-réguler

Ces sessions de deux fois une heure sont animées bénévolement par un formateur agréé Tipi. Les affections psychosomatiques ne sont pas concernées pour l'instant. Pour trouver un thérapeute utilisant la méthode Tipi ou pour participer à une formation : www.tipi.pro

Retrouvez l'article complet dans le 3e numéro de la Revue mensuelle du Club Solutions Santé Nature

Commenter

Sur le même sujet

    Réagissez
    Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme