Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous.
Rechercher
Je m'abonne

Témoignage. Carole : “Grâce à la fasciathérapie, je marche à nouveau sans canne”

Découvrez enquête et témoignages sur la fasciathérapie dans le nouveau numéro de la Revue du Club Solutions Santé Nature.

Carole, 49 ans, nous raconte comment la fasciathérapie lui a "rendu ses jambes" après une longue immobilisation à l'hôpital. 

"J'ai découvert la fasciathérapie il y a une dizaine d'années. Je sortais d'une maladie grave, qui m'avait immobilisée pendant trois mois. Durant tout ce temps, je suis restée alitée.

Lorsque j'ai enfin pu me relever, je ne pouvais plus marcher normalement. J'avais l'impression que mes jambes étaient disloquées, il me fallait plusieurs minutes pour descendre les escaliers et je marchais avec une canne ou un appui. Les médecins ont attribué cela à une fonte des muscles due à l'immobilisation et m'ont prescrit des séances de kiné.

Ces séances étaient très douloureuses et me faisaient plus de mal que de bien. Une amie m'a alors conseillé de consulter en fasciathérapie. À mon grand étonnement, la thérapeute ne m'a pas parlé de problème musculaire mais m'a dit : "vos jambes ne sont pas habitées". Cela m'a paru un peu ésotérique mais en effet, il y avait une complète déconnexion entre le haut de mon corps et le bas, comme si mes jambes n'étaient plus reliées à mon bassin.

"Comme si un courant électrique se rétablissait entre le haut et le bas de mon corps"

En deux séances, elle m'a littéralement "redonné" mes jambes et j'ai parfaitement ressenti le processus : comme si un fluide s'était remis à circuler entre le bas et le haut, comme si un courant électrique se rétablissait.

J'avais enfin la sensation d'être entière, de la tête aux pieds, avec une "maîtrise" normale de mes jambes.

Je continue à consulter car je souffre également d'un déplacement de disque dans les cervicales. En cas de stress ou de fatigue, cela déclenche des douleurs dans le haut du dos, les épaules et le bras.

En une à deux séances, mes blocages sont dénoués de façon très douce, non intrusive. Ce contact me rassure, c'est important lorsqu'on a souffert d'une pathologie aussi lourde que la mienne. Des différentes thérapies que j'ai entreprises, la fasciathérapie est la seule qui me semble traiter le problème à son origine (cause) au lieu de ne chercher à soulager que les symptômes (conséquences du problème)."

DEUX MÉTHODES POUR ASSOUPLIR SES FASCIAS

Le massage myofascial autogène

Cette méthode consiste en une série d'exercices réalisés avec un rouleau de massage tel que le Blackroll. Les sportifs de haut niveau ont ouvert la voie à ce type d'auto-massage qui détendent les muscles et étirent les fascias. Il leur permet d'être plus performants et de récupérer plus vite après l'effort. Pour tout un chacun, cette méthode atténue les maux de dos, les sciatiques, les tensions musculaires. De nombreuses vidéos en ligne permettent de s'entraîner chez soi. A lire : "Entraînement fonctionnel avec Blackroll : entraînez vos fascias autant que vos muscles" vient de paraître aux éditions Amphora.

Le yin yoga

Qualifiée de "yoga pour ralentir" ou de "yoga pour s'intérioriser", cette nouvelle approche s'inspire de la médecine traditionnelle chinoise. Le but est de travailler en profondeur et détendu, sans aucune contrainte musculaire, les tissus yin du corps : les os, les articulations, les tendons, les ligaments et les fascias. Les postures sont exécutées uniquement en position assise ou allongée et tenues pendant plus de 3 minutes chacune. La détente se fait peu à peu, grâce à la respiration qui s'allonge. À lire : "Yin yoga : lâcher prise, méditation, simplicité", de Cécile Roubaud (éd. First).

A lire : "La fasciathérapie, une nouvelle méthode pour le bien-être", d'Isabelle Eschalier , éd.Trédaniel ; "Fasciathérapie et sport :

le match de la santé", de Christian Courraud, éd. Point d'appui ; "Le grand livre des fascias", de Christian Courraud , Leduc.s éditions (sortie prévue en juin 2019)

Retrouvez l'intégralité de notre enquête dans la Revue mensuelle du Club Solutions Santé Nature n°2 (novembre 2018).

Commenter

Sur le même sujet

    Réagissez
    Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme