Rechercher

Caroline Lepage - “Contre l'hypothyroïdie, j'ai dit non aux médicaments à vie”

Après dix ans d'effets secondaires douloureux, Caroline Lepage a décidé d'arrêter son traitement à base de levothyroxine.

La journaliste scientifique a souffert d'hypothyroïdie pendant dix ans. Epuisée par les effets secondaires de la levothyroxine, elle a décidé de changer de mode alimentaire pour se soigner sans recours aux hormones de synthèse. Pari tenu. Elle témoigne pour le Club Solutions Santé Nature.

"J'ai pris de la levothyroxine pendant dix ans et je n'ai jamais réussi à stabiliser mon état. Il fallait toujours augmenter les doses et mes symptômes persistaient. À 125 microgrammes, d'autres manifestations se sont fait sentir : je ne contrôlais plus mon poids, mes articulations me faisaient mal, je n'arrivais plus à faire du sport, je souffrais d'insomnie... Ma fréquence cardiaque était trop élevée. Pour compenser les effets du médicament, il fallait que je prenne des bêtabloquants.

Pour moi, un médicament est censé guérir. Et une fois soignée, on doit arrêter de le prendre. Ce n'était pas le cas avec la levothyroxine. Alors, j'ai commencé à faire des recherches scientifiques. J'en ai parlé avec mon généraliste, qui a émis la possibilité d'une intolérance au gluten. J'ai tout de suite pris ce conseil au sérieux. Et comme l'intolérance au gluten est souvent associée à celle du lactose, j'ai aussi décidé d'arrêter de boire du lait (...).

Ma glande thyroïde a recommencé à produire des hormones naturelles toute seule. Je m'en suis vite rendu compte car j'ai commencé à ressentir les symptômes d'hyperthyroïdie. Mon médecin a baissé les doses de levothyroxine, jusqu'à les supprimer totalement au bout de quatre ou cinq mois. Aujourd'hui, je n'en ai plus besoin (...).

Quand je prenais de la levothyroxine, je me demandais à quel point le médicament était aussi "vital" que le prétendaient certains médecins (...). Je plains ceux qui se sentent incapables de se débarrasser de la chimie de synthèse alors que des solutions naturelles existent." Recueilli par Joelle Pierrard

A lire : « Thyroïde, le traitement qui sauve existe » , de Caroline Lepage (Ed. Leduc.s Pratique)

A quoi sert le Levothyrox ? Il est principalement utilisé comme traitement substitutif pour remplacer la thyroxine naturelle lorsque celle-ci n'est plus sécrétée en quantité suffisante par la thyroïde. Cette insuffisance nommée hypothyroïdie, peut être due à la thyroïde elle-même ou à l'insuffisance d'une autre glande qui commande la sécrétion thyroïdienne (maladie ou ablation de l'hypophyse).

Ce mardi, le laboratoire Merck, qui fabrique le médicament a annoncé que l'ancienne formule du Levothyrox sera disponible « tout au long de l'année 2019 » pour les patients munis d'une ordonnance, le temps pour eux de trouver « une solution alternative pérenne ». La nouvelle formule du médicament, mise sur le marché depuis mars 2017, est l'objet de milliers de plaintes depuis l'été 2017 (plus de 12 000 cas selon deux enquêtes de pharmacovigilance rendues publiques en janvier 2018), de la part de patients souffrant de fatigues intenses, crampes musculaires, maux de tête, vertiges ou encore de chute de cheveux. Selon eux, des effets secondaires de cette nouvelle formule.

Retrouvez l'intégralité du témoignage de Caroline Lepage dans la Revue mensuelle du Club Solutions Santé Nature

Commenter

Sur le même sujet

    Réagissez
    Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme