Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous.
Rechercher
Je m'abonne

Goutte, pourquoi c'est (toujours) la crise ?

La goutte, inflammation articulaire très douloureuse, frappe en grande majorité les hommes de plus de 50 ans, souvent au niveau du gros orteil.

Aujourd'hui encore, pas moins de 500 000 Français souffriraient de crises de goutte, plus ou moins longues. Découvrez les sources de cette arthrite très douloureuse et les solutions pour éviter l'inflammation de vos articulations, en particulier du gros orteil.

Parmi les nombreuses affections rhumatologiques qui handicapent les plus de 50 ans, la "maladie des rois", la plus fréquente de toute dans le monde, concerne encore 500 000 Français, dont une écrasante majorité d'hommes (neuf pour une femme). Cette arthrite liée à un excès d'acide urique dans le sang (l'hyperuricémie), se manifeste par des violentes douleurs articulaires au niveau du gros orteil (le plus souvent), de la cheville, du poignet ou encore du genou. Les crises peuvent durer de deux à dix jours si elles ne sont pas traitées, parfois accompagnées de fièvre.

C'est quoi une crise de goutte ?

L'hyperuricémie, causée par une alimentation trop riche (d'où le surnom de la goutte) ou des reins n'éliminant plus assez l'acide urique (1) ne provoque pas forcément d'inflammation. Mais quand c'est le cas, on parle alors de crise de goutte : des cristaux d'acide urique (déchet de notre métabolisme provenant de la dégradation des purines naturellement présentes dans les aliments d'origines animale et végétale, ndlr) s'accumulent dans une articulation et déclenchent une inflammation locale. Commencent alors le gonflement, l'échauffement et les douleurs souvent intenses, qui vous assaillent la nuit ou tôt le matin. A tel point que le simple contact d'un drap ou d'une chaussette peut s'avérer insupportable.

Dans ces cas de crise aiguë, consultez un médecin le plus vite possible pour éviter une infection. Et sachez que plus d'un patient sur deux fera une seconde crise dans l'année, souvent encore plus longue et plus douloureuse.

Pour échapper à la crise de goutte

A éviter :

- Tout ce qui élève le taux d'acide urique : alcools forts, sodas très sucrés, charcuterie, viandes rouges, volailles, fruits de mer, épinards, choux-fleurs, lentilles.

A privilégier :

- Boire beaucoup d'eau de pH basique (au moins 1,5 litre par jour, Contrex, Vichy Célestins, Evian). Et un verre d'eau additionnée d'un jus de citron après chaque repas se révélera aussi très efficace pour neutraliser l'acide urique.

- Les cerises, de saison et diurétiques, sont recommandées.

- Les bienfaits de l'égopode podagraire, "l'herbe aux goutteux", qui se cueille d'avril à octobre. Faites infuser 2 bonnes poignées de feuilles dans ½ litre d'eau à 85°C durant 15 minutes. Versez l'infusion dans une bassine et plongez vos pieds douloureux dedans pour un bain réparateur. Des fleurs de reine-des-prés peuvent se substituer aux feuilles d'égopode.

- Faites préparer des gélules de poudre composées de 200 mg d'harpagophytum, 50 mg de cassis et 50 mg de saule. Prenez 2 gélules matin, midi et soir.

- Plongez 50 g de feuilles de bouleau dans 1 litre d'eau, chauffez à feu doux et à couvert quelques minutes. Filtrez et buvez 2 tasses par jour.

- En homéopathie, prenez alternativement 3 granules toutes les heures de Belladona 4 CH, Colchicum 4 CH, Ledum 4 CH et Urtica Urens 4 CH, jusqu'à soulagement.

- Les plus courageux peuvent frotter l'articulation inflammée avec un bouquet d'orties fraîches (très efficace !) ou plus simplement reprendre une activité physique régulière, qui freine la formation d'acide urique dans l'organisme.

(1) Obésité, hypertension artérielle, consommation excessive d'alcool peuvent aussi expliquer cet excès d'acide urique dans le sang.

Commenter

Sur le même sujet

    Réagissez
    Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme