Rechercher

Les perturbateurs endocriniens : pourquoi ils vont nous rendre tous crétins

Les jeunes enfants sont les plus exposés aux dangers des perturbateurs endocriniens.

Chère lectrice, cher lecteur, vous ne connaissez pas votre Q.I. ? Nous non plus, mais sans vouloir vous manquer de respect, on peut vous assurer qu'il est en chute libre... Pour résumer, on peut affirmer que le quotient intellectuel mondial fond au même rythme que la banquise. Et pour une fois, le réchauffement climatique n'y est pour rien.

Les statistiques font froid dans le dos et mal à la tête : ainsi, au cours de la dernière décennie, le Q.I. des Français a perdu 4 points.

C'est considérable !

Nous ne sommes pas les seuls à voir notre intelligence s'évaporer dans les airs comme ces parfums d'ambiance industriels, purs produits du terroir pétrochimique.

L'épidémie de polluants industriels, agricoles et domestiques (nos maisons en regorgent) a des conséquences sur la planète entière.

Selon les résultats d'une étude du centre norvégien de recherche économique Ragnar Frisch, menée par Ole Roggenburg et Bernt Bratsberg et publiée en juin 2018 (1), sur 730 000 hommes ayant fait leur service national entre 1970 et 2009, le niveau de QI moyen est en baisse régulière depuis 1975 (après une hausse continue les années précédentes). La baisse s'élève à 2 points par décennie !

Et nos voisins britanniques, eux, ont perdu 14 points de Q.I. depuis la seconde Révolution industrielle (à partir de 1880 environ). God Save the QI...

Mais est-il encore temps de sauver notre intelligence dans notre monde "plastifié" ?

La question est d'autant plus brûlante que nos enfants sont les premiers concernés. En 2014, une étude de l'Université de Columbia a mis en évidence une corrélation directe entre une forte exposition prénatale aux phtalates (plastiques, PVC, etc.) et une diminution de 6 à 7 points du Q.I. chez les enfants de 7 ans.

Les Américains, eux, paient au prix fort leur politique agricole du tout pesticide. Chaque bébé qui naît, aujourd'hui, aux Etats-Unis a plus de 100 molécules d'origine externe mesurables dans le sang. Le rêve est en train de virer au cauchemar.

Bref, à ce rythme effrayant, d'ici quelques générations, l'intelligence sera devenue une denrée rare, et l'espèce humaine, une population de crétins aux cerveaux atrophiés.

Adultes et enfants très perturbés

À ce stade, vous pensez que nous poussons le bouchon un peu loin ? Pourtant, ce que nous allons vous révéler prouve que nous ne noircissons pas le tableau.

La cause de cette catastrophe annoncée a un nom : les perturbateurs endocriniens (PE), ces produits chimiques que nous respirons, avalons, inhalons sans même nous en rendre compte.

Ces polluants sont définis comme des agents chimiques capables d'interférer dans le système hormonal d'un organisme. Le vôtre comme le nôtre !

Vous croyez pouvoir y échapper ? Erreur, ils sont partout, dans (presque) tout. Face à cette invasion, des centaines de savants tirent la sonnette d'alarme, mais les pouvoirs publics (notamment les instances européennes) sont sourds comme des pots... De vin, affirment certains.

Et qui leur bouchent les oreilles ? Des scientifiques fortement liés à des intérêts industriels (2), qui n'ont qu'un seul but : "noyer le poison" en retardant l'interdiction des substances incriminées grâce à la multiplication des expertises et contre-expertises.

Les prises de conscience commencent certes à faire bouger les choses, mais si lentement, que la matière grise pourrait bien disparaître avant les matières plastiques !

Très critiquée par certains pays membres (dont la France, le Danemark et la Suède), par des ONG et des collectifs de scientifiques, la Commission européenne a renoncé trois fois de suite à légiférer sur le sujet, laissant les produits chimiques criminels en liberté, avant de retoucher son texte en vain.

Selon François Veillerette, porte-parole de l'association Générations futures (generations-futures.fr), "les dispositions législatives sont totalement inopérantes, laissant sur le marché, la plupart des pesticides perturbateurs endocriniens dangereux". Oups !

Combien sont-ils ces agents chimiques ?

Selon l'endocrinologue Barbara Demeneix, directrice de recherche au CNRS, on comptabilise au moins de 143 000 perturbateurs endocriniens. Tous experts en dissimulation.

Isolées, leurs molécules sont souvent inoffensives. Mais combinées à d'autres, elles peuvent former un "gang" capable de saboter notre système hormonal.

La menace est d'autant plus réelle qu'il est quasiment impossible d'échapper à ces produits. Heureusement, il existe des boucliers pour vous protéger, vous et vos proches. Certaines précautions sont donc à prendre pour limiter les dégâts.

Mais avant d'avancer plus loin au cœur de ce brouillard chimique, nous allons vous dresser le portrait-robot des ennemis de notre futur... immédiat. Ainsi que leur mode de fonctionnement...

Découvrez vite la suite de cette lettre d'information en vous inscrivant gratuitement à la newsletter du Club Solutions Santé Nature à droite de cette page

Sources :

(1) https://medicalxpress.com/news/2018-06-iq-scores-1970s.html

(2) https://www.nouvelobs.com/planete/20161129.OBS1871/perturbateurs-endocriniens-ces-lobbies-industriels-qui-uvrent-dans-l-ombre.html

Commenter

Sur le même sujet

    Réagissez
    Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme